mercredi 25 juillet 2012

Lignes

Photo Philippe Tal

" Noir de mécontent. Noir sans gène. Sans compromis. Noir, qui va avec l'humeur coléreuse.
Noir qui fait flaque, qui heurte, qui passe sur le corps de... qui franchit tout obstacle, qui dévale, qui éteint les lumières, noir dévorant.
L'emportement ici, décidément plus grand que l'abandon, devient de plus en plus nécessaire, plus impérieux, plus à sa place.
Noir mauvais du refuseur, du négateur. De l'envahisseur qui va franchir les frontières.

PEINDRE POUR REPOUSSER ! " (1)





Il aimait son regard lumineux et noir, ses gestes souples et noirs, sa danse noire, le noir était sa ligne courbe qu'elle projetait dans le blanc de mes doutes.


" Trait hors des chemins, sûr de son chemin, qu'avec nul autre on ne saurait confondre.
Trait comme une gifle qui coupe court aux explications.
Peinture pour l'aventure, pour que dure l'aventure de l'incertain, de l'inattendu. Après des années toujours encore l'aventure. " (1)

à suivre

Philippe Chauché

(1) Henri Michaux / Émergences - Résurgences / Skira - Les sentiers de la création / Champs Flammarion / 1972



3 commentaires:

  1. "...le noir était sa ligne courbe qu'elle projetait dans le blanc de mes doutes. "

    Pourquoi cette phrase me frappe-t-elle tant ? était la question que je me posais devant sa beauté.

    La réponse est évidemment ce possessif à la première personne !

    Mon cerveau est ici habitué au "il", quand il lit "mes", ça détone !

    Au plaisir.

    RépondreSupprimer
  2. Il s'est un temps pris pour Lui, d'où le Je, qui n'est finalement qu'un jeu.

    Bien à vous cher Cédric.

    Philippe Chauché

    RépondreSupprimer
  3. Oui, immense jeu, immense île.

    Tout est farce.

    Chaque mot est une blague.

    Je vous souhaite autant de bien que vous m'en souhaitez, cher Philippe.

    Cette vie me/nous/vous/lui réserve encore bien des amusements !

    RépondreSupprimer

Laissez un commentaire