samedi 26 septembre 2020

Lire et écrire en Automne dans La Cause Littéraire

 Bientôt dans La Cause Littéraire 


" La chouette, plus belle que jamais, referme le livre couleur de havane ; oh c'est frappant, elle ressort de sa lecture comme pomponnée, la mieux pomponnée des coquettes. " 

Ce roman ne ressemble à aucun autre.  Il ressemble à la voie lactée, une étoile donnant naissance à une autre, comme une phrase enfante une note d'un bas de page, et les notes foisonnent d'idées romanesques. L'aventure du roman est une explosion de visions, c'est un   livre étourdissant, pétillant et renversant. 


" Se défaire de l'actualité, rejoindre son éternité, éterniser ce qui a été aimé et qui est digne d'amour : l'adhérence à la gravité de la grâce, et son envol.

Etre ici et maintenant pour être à tout. " 

Les Météores de l'écrivain traversent le ciel, le livre s'en couvre, comme une partition éclairante et romanesque. Les mots sont pesés, comme de la poudre d'or. 


" Il existe dans un village confidentiel, une lourde porte champenoise qui abrite des concertos mystérieux, des marches funèbres et des violons d'Ingres.

Les propriétaires, retraités et discrets, y cultivent et y taisent leurs jardins secrets. 

Ça et là, le temps tournoie et collectionne. "

Eric Poindron collectionne les livres et les licornes, les étoiles, les salamandres, et transforme le verbe en or.  C'est un alchimiste rieur et joueur, qui fait résonner ses mots dans le choeur heureux de la poésie. 


Il aurait pu être torero, garçon de café, jongleur, montreur d'ours ou encore amoureux des hirondelles et chasseur de baleines, il fut un peu de tout cela, ses livres sont des capes jaunes où se mirent ses aventures fantasques.

" En Espagne, les greguerias seraient faites d'une large phrase, d'un feston de devises, d'une contexture proverbiale ou grave, l'acceptation de l'instantané, de ce qui attire l'attention sur l'intense vie des atomes qui en définitive, nous forment et nous composent. "





" Tolstoï est muet sur les droits de l'homme. Il ne lui propose que des devoirs, en échange du bonheur, qui est dans la pureté de conscience. Il offre donc une religion, car cette philosophie a la loi : elle en porte le caractère capital, qui est de fixer entre l'individu et l'univers, entre l'amour-propre et l'amour de Dieu, un rapport immuable, où le doute n'est plus permis et où au regard de l'infiniment grand, le moi est infiniment petit, une quantité négligeable, un pur rien. " 

Le style ne prend pas de rides, André Suarès vivant, pourrait être le titre de cette superbe réédition. 


Philippe Chauché 



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Laissez un commentaire