vendredi 17 février 2012

Transpositions 4


Henry Matisse 1869-1954
 " Noie ton coeur dans les plaisirs, fais la noce, bois à l'outre sur les berges de la rivière, au son des lyres, des colombes et des martinets. Danse et réjouis-toi, bats des mains, sois ivre et frappe à la porte de la jolie ! " (1)

Il nota :  ces yeux me disent quelque chose lorsqu'elle s'assit à trois mètres de lui devant l'une des tables de la terrasse de ce café de la place Alfalfa où il a ses habitudes, il alluma une cigarette, ferma le petit livre qu'il avait ouvert il y a une heure, il se leva, déposa le livre sur la table qu'occupait l'inconnue aux yeux qui lui disaient quelque chose, elle lui sourit, il se dit que la journée était déjà fort bien remplie.  

" (Mais) que délicieux étaient tes pieds lorsqu'ils enlaçaient mon cou et montaient contre ma nuque. " (2)

à suivre

Philippe Chauché

(1) Ta part légitime / Moïse ibn Ezra / traduc. Frans de Haes / L'Infini / Gallimard / 1981
(2) Un souvenir / Todros Aboulafia /  d°

2 commentaires:

  1. Mon coup? Ton pied délicieux sur mon coup?

    RépondreSupprimer
  2. Ne peut que s'incliner, encore un mauvais coup !

    Bien à vous

    Philippe Chauché

    RépondreSupprimer

Laissez un commentaire