dimanche 9 décembre 2012

Le Masque de Fer



" Outre ce caractère fondamental du masque, d'être expression et non dissimulation, on peut distinguer chez Nietzsche deux principales fonctions du masque. Première fonction, de pudeur : destinée à ne pas exhiber à tout bout de champ, et devant tout un chacun, sa propre richesse...
Mais il y a une seconde fonction nietzschéenne du masque : destinée à dire l'éternelle insuffisance de tout parole et de toute vérité, fût-elle la plus profonde et la plus décisive, en tant qu'elle est nécessairement partielle et obérée par le point de vue d'où elle est énoncée, - insuffisance qui tient donc moins à une pauvreté de sa part qu'au contraire à son propre excès de richesse... c'est que le masque est la marque de la profondeur et de la richesse, et d'une richesse telle qu'elle ne saurait jamais être contenue dans l'espace d'une pensée ou d'un aphorisme - ou d'un livre. " 

A toujours trouvé suspect que le masque - expression pourtant précise de ce que nous sommes - et celui qui le porte soit ainsi nié, moqué, ou pire encore voué à quelque divan de psychanalyste, au nom, note-t-il, de quelque traque à la vérité vraie - c'est ainsi que l'on parle en ces temps de fin du monde - du dévoilement, alors que justement, c'est le masque qui dévoile et non son absence - ce que montre avec talent, et quel talent, Clément Rosset - c'est le masque qui dit et non son absence, et ce qu'il dit est à prendre pour argent comptant et non son absence qui est monnaie de singe.

Il ajoute que le masque est l'une des plus justes marque de ce que l'on est et de ce que l'on est en train de devenir sous le regard curieux de celle ou de celui qui pense devoir s'en passer et son effet le plus vivant et le plus vivifiant du réel qu'il montre.

Le réel ne se masque que pour se révéler.

Écrire est un masque gracieux et amusant, tant d'écrivains réalistes devraient s'en souvenir et ainsi éviter que leurs misérables ouvrages ne tombent comme des masques lorsqu'on les ouvre un jour de mistral.

 


à suivre

Philippe Chauché

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Laissez un commentaire